Sommaire

CHAPITRE I
La France doit avoir une politique musulmane s’inspirant des réalités et non des opinions reçues et des légendes. – On ne peut connaître une fraction quelconque du peuple musulman qu’en étudiant l’histoire Arabe, parce que tous les musulmans sont solidaires et parce que l’Islam n’est qu’une sécrétion du cerveau arabe. – Il n’y a pas des civilisation arabe. – Les origines d’une légende. – Comment furent dupés les clercs du Moyen-Age et les historiens modernes. – L’Arabe est un réaliste et non un imaginatif. – Il a copié, en la déformant, la pensée des autres peuples. – L’Islam, par ses dogmes immuables, a paralysé les cerveaux et tué l’esprit d’initiative.

CHAPITRE II
Pour connaître et comprendre l’Islam et le musulman, il faut étudier le Désert.- Le Désert arabe.- Le Bédouin.- L’influence du Désert.- Le Nomadisme.- La vie dangereuse.- Guerrier et pillard.- Le fatalisme.- L’endurance.- L’insensibilité.- L’esprit d’indépendance.- L’anarchie sémite.- L’égoïsme.- L’organisation sociale : la Tribu.- L’orgueil sémite.- Sensualité.- Idéal.- Religion.- Manque l’imagination.- Les traits essentiels de la physionomie du Bédouin.

CHAPITRE III
L’Arabie au temps de Mahomet. – Pas de peuple arabe. – Une poussière de tribus sans liens ethniques ou religieux. – Lue pro­digieuse diversité de cultes et de croyances. – Deux groupes hostiles ; les Yéménites et les Moaddites. – Les sédentaires et les nomades. – La rivalité des deux centres : Yathreb et La Mecque. – La propagande juive et chrétienne à Yathreb. – La vie des Mekkois. – Leur évolution. – La Fédération des Fodhoul. – Les précurseurs de I’Islam.

CHAPITRE IV
Mahomet est un bédouin mekkois dégénéré.- Les circonstances en font un homme d’oppo­sition. – Sa jeunesse malheureuse et solitaire. – Chamelier et berger. – Son mariage avec Khadîdja. – Sa fortune. – Comment il conçut l’Islam. – L’Islam est une réaction contre la vie mekkoise. – Ses déboires à la Mecque. Il trahit sa tribu. – Son alliance avec les gens de Yathreb. – Sa fuite. – Ses débuts difficiles à Médine. – Comment il est amené à user de la force. – La cause principale de son succès l’appât du butin. – La prise de La Mecque. – Le triomphe du Prophète. – Sa mort.

CHAPITRE V
La doctrine de Mahomet. – L’Islam, c’est le Christianisme adapté à la mentalité arabe. – Les pratiques essentielles de l’Islam. – Le Koran n’est pas l’oeuvre d’un sectaire, mais d’un politique. – Mahomet cherche à recruter des adeptes par tous les moyens. – Il ménage les forces qu’il ne peut abattre, les coutumes qu’il ne peut supprimer. – La morale musulmane. – Le fatalisme. – Les principes essentiels de la réforme opérée par le Prophète – Extension à tous les Musulmans de la solidarité familiale. – Interdiction du martyre. – Le Musulman s’incline devant la force, mais conserve ses idées. – Le Koran est animé de l’esprit de tolérance, non l’Islam, par la faute des interprétateurs du deuxième siècle qui, en fixant la doctrine et en interdisant toute modification ultérieure, ont rendu tout progrès impossible.

CHAPITRE VI
L’Islam sous les successeurs de Mahomet. – Même en Arabie, la croyance nouvelle n’a pu s’imposer que par la violence. – C’est le désir de faire du butin et non le souci du prosélytisme qui anima les premiers conquérants musulmans. – L’expansion de l’Islam en Perse, en Syrie, en Égypte, fut favorisée par l’hostilité des autochtones contre les gouvernements Perse et Byzantin. – La lutte d’influence entre La Mecque et Médine, qui avait contribué au succès de ‘Mahomet, se poursuit sous ses successeurs, tantôt favorable à Médine, sous les Califats d’Abou-Bekr, d’Omar et d’Ali, tantôt favorable à La Mecque sous le Califat d’Othman. – Le parti Mekkois triomphe finalement avec l’avènement de Moawiah. — Luttes entre tribus, luttes entre individus, anarchie chronique : voilà les caractéristiques de la société musulmane et les causes de sa ruine future.

CHAPITRE VII
L’Islam sous les Ommeyades. -La République théocratique devient une monarchie mili­taire. – Le Califat s’établit à Damas où il subit l’influence syrienne, c’est-à-dire gréco­-latine. – Les rivalités qui divisaient la Mecque et Médine éclatent entre ces deux villes et Damas. – La conquête du Moghreb, puis celle de l’Espagne sont réalisées grâce à la complicité des autochtones, désireux de se débarrasser des Grecs et des Wisigoths. -La conquête de la Gaule échoue à cause de l’opiniâtre énergie des Francs et marque la fin de l’expansion musulmane. – La dynastie Ommeyade s’éteint dans les orgies de la déca­dence byzantine et fait place à la dynastie des Abbassides.

CHAPITRE VIII
L’islam sous les Abbassides. – Le Califat est transféré de Damas à Bagdad où il subit l’influence gréco-perse. Grâce à 1’administration des Barmécides, ministres d’origine perse, les Califes s’entourent de savants et de lettrés étrangers qui donnent à leur règne une splendeur incomparable ; mais en voulant organiser la législation musulmane, les Califes, sous l’inspiration des Vieux Musulmans, fixent immuablement la doctrine islamique et rendent tout progrès impossible. – C’est la cause et le commencement de la décadence des peuples de religion mahométane. – L’Espagne se détache de l’Empire, donnant un exemple d’indiscipline qui trouvera plus tard des imitateurs.

CHAPITRE IX
L’Islam sous les derniers, Abbassides. – L’Em­pire musulman s’achemine vers la décadence. – Les conquérants arabes noyés au milieu des populations soumises et incapables de les gouverner, perdent, à leur contact, leurs qua­lités guerrières. – Les Califes, d’ailleurs sans valeur, réduits au rôle de rois fainéants, sont obligés, pour leur défense, de recourir à des mercenaires étrangers qui deviennent bientôt leurs maîtres. – Les provinces, obéissant à des sentiments nationalistes, se séparent de l’Empire. – Les derniers Califes Abbassides ne possèdent plus que Bagdad. – Leur dynastie s’éteint dans l’ignominie.

CHAPITRE X
Les causes du démembrement de l’Empire musulman. – La principale est l’incapacité des Arabes à gouverner. – L’histoire des Califes d’Espagne est identique à celle des Califes de Damas et de Bagdad : Mêmes causes de grandeur éphémère, mêmes causes de décadence. – il n’y a pas eu, en Espagne, de civilisation arabe, mais un renouveau de la civilisation latine. – Celle-ci s’est développée sous la façade musulmane et malgré les musulmans. – Les monuments attribués aux Arabes sont l’oeuvre d’architectes espagnols.

CHAPITRE XI
La décadence arabe en Perse, en Mésopotamie et en Égypte. – Les provinces, tombées momentanément dans la barbarie, sous le joug arabe, renaissent à la civilisation dès qu’elles peuvent s’émanciper. – Causes générales de la décadence de l’empire arabe : Nullité politique. Absence de génie créateur. Absence de discipline. Mauvaise administration. Pas d’unité nationale. L’Arabe n’a pu gouverner qu’avec la collaboration des étrangers. – Causes secondaires : La religion, véhicule de la pensée arabe. Trop grande diversité des peuples soumis. – Pouvoir despotique du prince. – Condition servile de la femme. – L’Islamisation des peuples soumis les élèves au niveau du vainqueur et leur permet de le submerger. Les mariages mixtes. – L’influence nègre. -Diminution des revenus de l’empire. – Les mercenaires.

CHAPITRE XII
L’histoire du Moghreb. – Les caractéristiques du Berbère. -Dans toute l’Afrique du Nord, l’élément arabe a été absorbé au point de disparaître complètement. – Les qualités de la race berbère : vigueur, sobriété, prolificité. – Ses défauts : Esprit d’indiscipline, perfidie. Incapable de se plier à un grand idéal, le peuple berbère n’a pu s’arracher à la barbarie qu’avec un concours étranger. – L’oeuvre romaine. – Avec les Arabes, il est retombé dans la barbarie et son esprit a été frappé de stérilité par le dogme musulman. – L’influence chrétienne et latine. – Curieux exemples de l’esprit d’opposition et d’indiscipline du peuple berbère. – L’imprégnation latine.

CHAPITRE XIII
La Société Musulmane est une Société théocratique. -La loi religieuse, inflexible et immuable, régit les institutions comme les actes de l’individu. -La législation. – L’instruction. -Le gouvernement. – La condition de la femme. – Le commerce. – La propriété. – Dans les institutions musulmanes, aucune originalité. – L’Arabe a imité en déformant. – Dans les manifestations de l’activité intellectuelle, il apparaît comme un paralytique et comme il a imprégné l’Islam de son inertie, les peuples qui ont adopté cette religion sont frappés de la même stérilité. – Tous les musulmans, quelle que soit leur origine ethnique, pensent et agissent comme un Bédouin barbare du temps de Mahomet.

CHAPITRE XIV
La stérilité de l’esprit arabe apparaît dans toutes les manifestations de l’activité intellectuelle. – La civilisation arabe est le résultat des efforts intellectuels des peuples étrangers convertis à l’Islam. – La science arabe : astronomie, mathématiques, chimie, médecine, n’est qu’une copie de la science grecque. – En histoire et en géographie, les Arabes ont laissé quelques travaux originaux. – En philosophie, ils sont les élèves de l’École d’Alexandrie. – Eu littérature, à part quelques poèmes lyriques sans grande valeur, ils s’inspirent des ouvrages grecs et persans. – La littérature des Arabes d’Espagne est d’inspiration latine. – Dans les beaux-arts, sculpture, peinture et musique, la nullité des Arabes est absolue.

CHAPITRE XV
La Psychologie du musulman. -Foi inébranlable dans sa supériorité intellectuelle. – Mépris et horreur pour ce qui n’est pas musulman. – Le monde divisé en deux, parts : les Croyants et les Infidèles. – Tout ce qui vient des infidèles est détestable. – Le musulman échappe à toute propagande- – Par la restriction mentale, il échappe même aux violences. – Échec des tentatives faites pour introduire la civilisation occidentale dans le monde musulman. – Averrhoës. Khéréddine. Le Cheikh Gamal ed Dine. Sawas Pacha. – Tentatives infructueuses de l’Angleterre en Égypte, de la France en Algérie et en Tunisie. – L’idéal musulman : le Mahdisme et le Califat.

CHAPITRE XVI
L’Islam en lutte contre les nations européennes.- Le mouvement nationaliste musulman en Égypte. – Ses origines. – Le Parti national. – Moustafa Kamel Pacha. – Mohammed Farid Bey. – Le Parti du peuple. – Loufti Bey es Sayed. – Le Parti des réformes constitutionnelles. – Le cheikh Aly Youssef. -L’attitude de l’Angleterre: – Les intrigues des nationalistes égyptiens dans l’Afrique du Nord. – Le mouvement nationaliste en Tunisie. -L’évolution de la mentalité tunisienne. – Erreurs commises par le Gouvernement du Protectorat.

CHAPITRE XVII
Le mouvement nationaliste en Algérie – Les causes d’une évolution tardive. – La Société algérienne. – La bourgeoisie : les « Vieux Turbans » ; les « Jeunes Algériens ». – Le peuple ignorant et fanatique. – Le rôle des confréries religieuses.- La solidarité musulmane. – La propagande nationaliste. – Les revendications des Jeunes Algériens. – Le Bolchevisme.

CHAPITRE XVIII
Les problèmes musulmans. – Un problème de politique intérieure. – L’organisation de l’Afrique du Nord et l’attitude à l’égard des populations indigènes. – La méthode de Bugeaud : l’Algérie, province française ; l’assimilation des indigènes. – Le rêve de Prévost-Paradol. – La méthode de Napoléon III. – Le royaume arabe. – La méthode de Waldeck-Rousseau. – L’évolution des indigènes dans leur civilisation. – Une formule sans signification. – L’exemple de la Tunisie et de l’Égypte. -Notre politique extérieure vis-à-vis des peuples musulmans. – Le rôle de la Turquie.

CHAPITRE XIX
Un projet de programme de politique africaine. – Principes généraux applicables à tous les territoires berbères soumis à notre influence : 1° Développer le peuplement français. – 2° Assurer et maintenir la prédominance des idées françaises. – 3° Neutralité absolue à l’égard de la religion musulmane. – 4° Acheminer les indigènes vers le statut français intégral. – 5° Améliorer la condition des indigènes ; les intéresser à notre œuvre. – 6° Aider au relèvement de la musulmane. 7° Gouverner avec la masse et non avec une minorité.

CHAPITRE XX
La politique musulmane extérieure de la France. – Nous devons aider la Turquie. -Les enseignements du mouvement wahabite. – Dans le monde musulman, l’Arabe est un élément de désordre, le Turc un élément d’équilibre. L’Arabe est condamné à disparaître ; il sera remplacé par le Turc. – Politique de neutralité vis-à-vis des Arabes ; politique d’appui amical envers la Turquie. – Conclusion.

Publicités

Une Réponse to “Sommaire”

  1. hizi Says:

    V-s tr-mp-r l-s g-ns p-r c-s S-ph-sm-s -t l- d-st-rs-n d- l- v-r-t- -t d- l’h-st-r- d- l’-sl-m. C-x q- cr-nt – c-s f-ss-s h-st-r-s q- l’-sl-m -st -mp-s- p-r l- f-rc-; p-v-z v-s n-s d-r- c-mm-nt l’-sl-m -st -rr-v- -n -s- (-nd-n-s-, m-l-s-, …) -ù s- tr-v-nt l- pl-s gr-nd n-mbr- d- m-s-lm-n! -st-c- q- l-s m-s-lm-ns -nt -nv-h-t c-s r-g-n?! !!!!!!!!!!! R-g-rd-r d- m-m- l-s c-nv-rt-t -n -sl-m -n -cc-d-nt -ss-, -st-c- q-’-ls -nt s-b-t l- f-rc- p-r s- c-nv-rt-r -n -sl-m?!!!!!!
    Je supplit tout individu de comprendre l’islam en lisant le CORAN [Excellente supplique, je conseille exactement la même chose à tous les internautes : lisez le coran et vous comprendrez encore mieux la psychologie du musulman (qui découle du coran). Je vous conseille aussi à vous, Hizi, de lire le coran, parce que manifestement, soit ne l’avez pas lu, soit ne savez pas lire, soit vous l’avez lu et espérez que la plupart des internautes se contentent de vous croire sur parole sans aller vraiment lire le coran. C’est la raison pour laquelle votre propagande a été convertie en écriture coranique aide-mémoire] -t n-m p-s c-s l-vr-s pl-n-s d- s-ph-sm-s.
    L’-sl-m -st -n l-vr- d- D-, q- c-mpl-t- l-s pr-nc-p- d- B-bl- -t d’-tr-s s-nts -cr-t-r- d- M-s- -t J-s-s. L- C-r-n s’-dr-ss- – t-t- l’h-m-n-t-, -t -l -st p-r t-t- l’h-m-n-t- -t n-n p-s p-r l-s -r-b-s. L’-sl-m cr-t -n J-s-s -t -n M-s- -t -ppr-v- l-rs m-ss-g-s -t l-rs c-mpl-t-. P-rc–q- l-rs -r-g-n- t-s (l- C-r-n, l- B-bl-, …) -t -n s-l- c’-st D-, p-s d- d- q- L- -t q- t-s l-s pr-ph-t-s (M-s-, J-s-s -t M-h-mm-d) s-nt d-s fr-r-s. -ss-l-m- -l-k-m.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :